Comment aider les salariés à exercer leurs BSPCE ?

Nous constatons aujourd’hui que plus de 75% des BSPCE attribués à des salariés deviennent caduques. Ce n’est pas surprenant quand on sait que 9 fondateurs sur 10 atteste que leurs salariés ne comprennent pas véritablement la valeur de leurs BSPCE détenus. Il faut dire que l’exercice des options peut être un processus complexe, même pour les personnes financièrement averties.

Si l’attribution de BSPCE est de plus en plus en vogue, la grande majorité des cas d’exercice reste encore réservée aux rares événements de liquidité tels que les introductions en Bourse ou les cessions industrielles.

Les salariés passent donc à côté d’opportunités qui pourraient être une formidable occasion d’améliorer leur train de vie.

Nous nous sommes donc poser une question simple : comment aider les salariés à mieux percevoir les enjeux de cet outil de rémunération ?

Intégrez l’éducation à l’equity dans votre processus d’embauche et d’onboarding

De plus en plus d’entrepreneurs partagent leurs grilles de rémunération « nouvelle génération » qui promettent une transparence totale sur les salaires de leurs employés : méthode de calcul, critères pris en compte, etc.

L’attribution de BSPCE devrait être traitée avec le même soucis d’information. Ainsi, l’une des façons d’aider les employés à mieux comprendre leurs options est de faire de l’éducation à l’equity un élément central de votre processus d’intégration.

En expliquant les différents types d’actions, les périodes de vesting, les fenêtres d’exercice et d’autres termes importants, vous pouvez contribuer à ce que vos salariés disposent des informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées sur leurs actions et sur la manière d’en tirer profit. Ces informations peuvent être incluses dans votre manuel de l’employé, disponibles dans votre solution SIRH ou dans le cadre d’un programme de formation continue.

Rappelez les dates clés liées à la vie des BSPCE

Une autre mesure qui pourrait réduire les obstacles à l’exercice des options consiste à rappeler au salarié les dates clés liées à la vie de ses BSPCE, à commencer par le suivi de leur vesting.

De même, rappeler aux salariés la fenêtre d’exercice post-départ peut les aider à anticiper et prendre la meilleure décision en fonction de leur situation personnelle. Quitter un emploi est souvent stressant et constitue une perte de repère pour le salarié, qu’il l’ait choisi ou non.

Rappeler aux employés sortants qu’ils disposent d’une fenêtre limitée pour exercer leurs options (souvent entre 30 à 90 jours) peut les aider à faire en sorte que cette décision importante ne se perde pas dans le chaos du départ générant ainsi une rancoeur envers vous compte tenu du manque de transparence et soutien perçu.

A l’image de Carta aux US, des sociétés type Equify apporte des outils d’equity management qui sont à la base de cette politique de transparence tout en apportant une simplification drastique de la gestion de l’actionnariat pour les fondateurs et leur CFO.

Actualisez la valeur des BSPCE en permanence

Une des problématiques majeures des BSPCE, mettant à mal leur attractivité, est qu’ils ne sont que rarement réévalués. En réalité, seuls les nouveaux tours de table permettent aux salariés d’appréhender une évolution positive de leur patrimoine virtuel par l’accroissement du prix par action comparativement au prix d’exercice de leurs bons.

Entre les levées c’est-à-dire pendant 12 à 24 mois, c’est souvent le flou, l’incompréhension, le désintérêt… Si bien que les BSPCE, qui devraient être un outil unifié de management de la performance au sein des startups (ce qu’on appelle communément l' »incentive au capital ») se retrouve relégués loin derrière les OKR, les objectifs individuels, etc.

Les employés s’investissent au quotidien sans percevoir la moindre évolution de leur patrimoine potentiel. Alors, la mise en place de solutions de valorisation permanente de l’equity, à l’instar de notre offre gratuite Caption Trend, offre les avantages suivants :

  • Perception par les salariés du fruit de leurs efforts,
  • Appréhension de l’évolution de la valeur de leur patrimoine au jour le jour,
  • Capacité à juger de la faisabilité et la pertinence de l’exercice de leurs BSPCE,
  • Calcul simplifié pour un éventuel cash-out sur leurs BSPCE vestés,
  • Possibilité de solliciter un financement bancaire, dit relais, afin d’exercer les BSPCE puis vendre les actions reçues,
  • Création d’un super outil de management de la performance pour les fondateurs.

Repensez votre plan de BSPCE

Les startups peuvent également aider les salariés en proposant des politiques de distribution de BSPCE plus favorables aux salariés, notamment en termes de conditions.

Voici quelques idées, plus ou moins répandues en France et Europe, qui ont le vent en poupe aux Etats-Unis depuis plusieurs années :

  • la classique « clause d’accélération » , malheureusement pas encore présente dans 100% des mini-pactes en France,
  • l’exercice anticipé des BSPCE encore non-vestés dans le cadre d’un événement de vie particulier à l’instar des cas de déblocage de l’épargne salariale (enfant, mariage, achat immobilier, chômage du conjoint, etc),
  • la réduction voire la suppression des leavers en cas de réalisation du vesting total par le salarié. Il est compréhensible d’avoir des envies d’ailleurs après 4 à 5 ans de bons et loyaux services,
  • l’extension de la période d’exercice afin de donner plus de temps pour rassembler les capitaux nécessaires à l’exercice, et attendre plus sereinement un éventuel exit,
  • la liquidité partielle ou totale sur les bons vestés avec des fenêtres annuelles prédéfinies dans le but de limiter les démarches administratives pour votre startup (AGE entre autres).

Partagez des informations sur la valeur que vous créez ensemble

Les options d’achat d’actions doivent être exercées par l’employé moyennant un investissement personnel. Ce dernier est un facteur dissuasif pour nombre de salariés de startups ne disposant pas de ressources financières familiales. Même pour les salariés qui auraient la possibilité de mettre l’argent sur la table pour exercer leur pool de BSPCE, l’achat d’actions d’une startup non-cotée constitue un risque majeur car il n’y a aucune garantie que ces actions deviennent un jour liquides.

Offrir à vos employés un intéressement au capital de votre startup leur permet de partager vos succès et les incite à construire de grandes choses à vos côtés. Malgré tout, ils ne peuvent en tirer profit que s’ils disposent des informations nécessaires pour prendre des décisions éclairées sur leur avenir financier alors que la structure même des BSPCE leur demandent d’investir plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’euros pour exercer leurs options.

Nous ne pouvons que vous encourager à récompenser ceux qui oeuvrent chaque jour dans votre startup, et contribuent à la construire, se dépasser, se renouveler. En captant une partie de la valeur qu’ils créent pour leur startup, les salariés pourront faire preuve d’un engagement proche et aligné avec celui des fondateurs. Donner aux salariés le soutien et les ressources dont ils ont besoin pour tirer le meilleur parti de leur capital est un investissement RH direct au même titre que des solutions plébiscitées en interne telles que Swile, Alan, Gymlib ou encore Totem. Vous avez le pouvoir d’améliorer leur quotidien sans commune mesure !

Partager cet article